Image size 14 Kb
La fascination
de la pêche d'hiver
Le voyageur qui traverse la Finlande en hiver ne manquera pas d'être frappé par un spectacle étonnant, celui de silhouettes sombres accroupies ça et là sur la surface gelée des lacs ou de la mer, quel que soit le temps. Un demi-million de Finlandais ne peuvent pas avoir tort, la pêche d'hiver est forcément amusante.

Le pêcheur passionné se plaît sur la glace depuis les premières heures de la journée jusqu'à tard le soir, bien qu'il n'obtienne pour toute récompense qu'un ou deux misérables petits gardons. Cela se répète d'une fin de semaine à l'autre, dès que les premières glaces apparaissent fin novembre début décembre et tant qu'elles supportent son poids lorsque le mois d'avril est bien avancé. Lorsque le printemps fait fondre les glaces du sud, les pêcheurs les plus fervents se rendent dans le nord de la Finlande où les glaces portent encore au mois de mai.

Les compétitions ne manquent pas en hiver

Image size 13 Kb La pêche à la ligne sur la glace a aussi éveillé, cela va de soi, l'intérêt des hommes d'affaires sous la forme d'un nombre incalculable de concours de pêche de niveaux divers. Il y en a pour toutes les fins de semaine hivernales, sans compter les concours réservés aux retraités en semaine. Les frais de participation aux grands concours sont très élevés mais les prix sont proportionnellement intéressants : un million de markka en espèces, une mercedes ou un voyage autour du monde. Personne n'a encore réussi à empocher le million en sortant de l'eau le poisson vainqueur, mais certains ont obtenu un confortable prix de 100 000 markka.

Les plus grandes compétitions attirent jusqu'à 20 000 participants qui se retrouvent pratiquement au coude à coude sur la glace d'un même lac. Mais dans cette discipline aussi chacun a ses trucs et alors qu'un pêcheur n'arrêtera pas de tirer des poissons de son trou, son voisin n'arrivera pas à en retirer un. Lors de ces compétitions les vainqueurs prennent généralement quelque cinq kilos de poissons; dans les meilleurs cas certains sont arrivés à plus de vingt kilos en quelques heures. En Finlande on ne pêche dans ces concours que des perches.

"Avec le temps le pêcheur développe un sixième sens. Il faut pouvoir se concentrer sur le monde des poissons et connaître leurs habitudes. Une combinaison de pêche et un équipement flambant neufs ne font pas le pêcheur", nous explique Sami Kainulainen de la Confédération des pêcheurs de Finlande. Kainulainen est lui-même un champion en la matière avec plus de dix médailles de champion de Finlande tant à titre individuel que par équipes et deux médailles de champion du monde par équipes.

Un passe-temps bon marché

Image size 2 Kb Selon Kainulainen cette discipline convient à tous ceux qui se plaisent dans la nature. Il vaut la peine de se faire initier aux secrets de cette pêche par des pêcheurs expérimentés quoique "les vieux pêcheurs peuvent être sacrément roublards". La pêche à la ligne sur la glace ne revient pas cher si l'on fait la comparaison avec beaucoup d'autres sports. On a besoin de vêtements légers, chauds, qui protègent bien du vent, d'un bon sac à dos, d'une tarière et d'une canne à pêche avec ses accessoires. Vêtements non compris, on s'en tire avec quelques centaines de markka. Contrairement aux autres catégories de pêche, la pêche sur la glace est, en Finlande, inscrite dans le droit dit coutumier. On peut forer un trou dans la glace et pêcher gratuitement n'importe où. Ce droit concerne tous les citoyens de l'Union européenne.

"Il faut toujours se déplacer avec prudence sur la glace", rappelle Kainulainen. Cela lui est arrivé une fois de passer à travers, ce qui, par plusieurs degrés en-dessous de zéro, n'est pas agréable du tout. Dès le début de l'hiver une glace dense de cinq centimètres d'épaisseur supporte bien un homme, mais une couche de quarante centimètres chauffée par le soleil printanier peut très bien céder sous vos pieds. Il serait donc sage qu'un débutant parte toujours avec un pêcheur expérimenté.

"Il n'a rien de mieux que la pêche sur la glace pour vous rasséréner. On part sur la glace pour trouver le calme et passer une bonne journée, la prise n'est pas ce qu'il y a de plus important. C'est une excellente façon de prendre l'air, on s'offre encore une bonne fatigue physique si l'on prend la peine de marcher dans la neige. À la fin de l'hiver, je pars seul sur les bords d'étangs forestiers, j'écoute les roucoulements du tétras-lyre, je regarde la nature. Il n'y a rien de meilleur."