Image size = 9 Kb

Les Finlandais se sont, pour ainsi dire, approprié Internet. Ce pays peu peuplé possède en effet le réseau Internet le plus dense du monde. On y compte en effet 65 serveurs Internet pour mille habitants contre 38 aux États-Unis, 43 en Norvàge et 39 en Islande. À titre de comparaison, on n'en compte que 38 pour mille habitants aux États-Unis, 43 en Norvège et 39 en Islande. Il n'est pas étonnant que la Finlande occupe aussi le premier rang pour ce qui concerne l'utilisation de l'Internet. Sur 5,1 millions d'habitants 2,2 millions surfent régulièrement dans le monde de la virtualité. À titre de comparaison, la proportion est d'environ 15 pour cent en Allemagne.

Cet engouement est dû au fait que, dans les écoles et sur les lieux de travail, on apprend à profiter des avantages de l'informatique. Les ménages sont de plus en plus nombreux à acquérir un ordinateur qui, aujourd'hui, commence a faire partie de l'équipement de base des foyers finlandais. Un cinquième d'entre eux en possède déjà un. Les réseaux télématiques se sont aussi développés au même rythme que l'informatique. La libéralisation de la concurrence dans les télécommunications a, pour sa part, accéléré la digitalisation des réseaux téléphoniques et amélioré les services ciblés sur les liaisons par modems.

Les étudiants, surfeurs enthousiastes

L'ONU craint une polarisation par l'Internet

La Finlande disposera bientôt de plus de site Internet que tous les pays d'Amérique latine et des Caraïbes réunis, c'est du moins ce qui a été dit au cours d'un récent débat de quatre semaines tenu par le Conseil économique et social (ECOSOC) de l'ONU à New York.

DPA 4.7.2000

Les premières applications de l'Internet ont vu le jour il y a environ vingt-cinq ans dans les universités américaines. Aujourd'hui, ce réseau informatique ouvert offre de tout à tout le monde, caractéristique qui a aussi soulevé des critiques. Il y a des exemples à ne pas suivre comme celui de ces adolescents qui ont construit des bombes artisanales en suivant des instructions diffusées sur le Web. L'emploi de certaines entrées parmi les plus utilisées d'un moteur de recherche finlandais donne une idée du niveau des recherches. Les entrées qui semblent avoir eu le plus de succès en automne 1996 étaient "porno" et "sex".

Les surfeurs les plus enthousiastes sont les étudiants qui représentent 40% des utilisateurs du Web. Les plus passifs des utilisateurs d'Internet sont les femmes de plus de 30 ans.

La technique rend le télétravail possible

Si le transfert et la gestion de l'information deviennent de plus en plus faciles, cela, en tout cas, n'apparaît pas sous la forme d'un accroissement du nombre des télétravailleurs. On ne compte pas plus de 30 000 Finlandais qui se déclarent soit télétravailleur à temps complet soit télétravailleur à temps partiel. C'est peu quand, en même temps, quelque deux cent mille Finlandais estiment que ce qu'ils font pourrait être fait sous la forme de télétravail. C'est dans les secteurs privés que l'on trouve le plus de télétravailleurs.

La stratégie de la société de l'information de l'Union européenne a pour objectif de créer en Europe avant 2000 dix millions de téléemplois. Techniquement, cela semble possible, mais le télétravail demande qu'on adopte une nouvelle attitude envers le travail. Là, on a encore beaucoup à apprendre.

155 mégabits/seconde sur le réseau universitaire

Le moins que l'on puisse dire est que les grandes écoles finlandaises ne manquent pas de motivation. Funet, le réseau interuniversitaire de communication, est depuis longtemps une des grandes adresses du réseau Internet. Le serveur FTP de Funet dispose de 1,2 million de fichiers compressés, la plupart des logiciels. Chaque jour, quatre mille visiteurs peuvent avoir accès aux informations.

Outre les grandes écoles, quelque 80 instituts de recherche se sont connectés au réseau qui compte actuellement 200 000 utilisateurs réguliers.

Les techniques les plus récentes, comme l'ATM (Asynchronous Transfer Mode) et, en partie, la SDH (Synchronous Digital Hierarchy), font de Funet le réseau universitaire le plus rapide du monde. Vingt nÅ“uds de transfert répartis dans le pays, ce qu'on appelle des POP (Points of Presence), permettent un débit de 155 mégabits/seconde (Mb/s). Les prochains accroissements de débit dont déjà programmés: Funet vise pour 1999 des liaisons à 622 Mb/s et en 2001 les transferts devraient atteindre le fabuleux débit de 2,4 gigabits par seconde.

Pour de plus amples informations sur le développement technique du réseau [en anglais]: Center for Scientific Computing - Funet

 Liens thématiques:
L'Express: Les Finlandais accros du Net
The Most Wired Country in the World