Image size 21 Kb

Tous les membres de l'UE entreront dans l'UEM

Pour décrire les phases de l'intégration économique de l'Union européenne, le ministre finlandais des Finances Sauli Niinistö utilise une comparaison que devrait comprendre toute personne de bon sens.

"Avant, à la campagne, quand on se rendait en visite dans une ferme, cela se passait en quatre temps. D'abord, on se montrait dans la cour. Puis, on allait dans l'entrée où l'on s'éclaircissait la voix et faisait du bruit. Ensuite, on allait sur le banc réservé aux hôtes à côté de la porte de la salle principale. Ce n'est qu'au quatrième temps qu'on s'asseyait à la table. L'Europe est aujourd'hui divisée de la même façon. Les pays de l'euro sont assis autour de la table. Dans l'ouverture de la porte se trouvent les membres de l'UE qui sont restés en dehors de l'UEM. Dans le vestibule, les cinq pays qui attendent une expansion de l'Union font du fracas. Dans la cour, se montrent tous les autres pays d'Europe, Russie comprise d'où des murmures dans ce sens se sont fait entendre. Je ne crois pas que les pays qui sont assis à côté de la porte (Royaume-Uni, Suède et Danemark) resteront où ils sont, alors que de nouveaux pays arrivent. À mon avis, c'est la limite où il faut prendre une décision", estime Niinistö.

Le ministre rappelle que les économies des pays de l'EU qui sont restés en dehors de l'UEM tomberont inévitablement dans la sphère d'influence de l'euro car la monnaie unique de l'Europe va prendre une importance considérable dans le monde.