Staline voulait couper la Finlande en deux
Image size 21 Kb Soixante années se sont écoulées depuis la guerre d'hiver entre la Finlande et l'Union soviétique. Cette guerre commencée à la fin de novembre 1939 s'est terminée en mars 1940. L'armée rouge, qui pensait ne faire qu'une bouchée de la Finlande, se heurta à une résistance coriace dans les forêts couvertes de neige. Tout l'Occident suivait alors l'héroïque combat de la Finlande contre un agresseur largement supérieur en nombre. Les chiffres expriment dans toute leur froideur la réalité des combats. Les pertes finlandaises se sont élevées à 23 000 morts et 45 000 blessés. L'ensemble des pertes de l'URSS furent d'environ 600 000 hommes. Les Finlandais avaient en face d'eux environ un million d'hommes. La Finlande avait plié devant la supériorité numérique, elle n'avait pas été brisée.

À la paix de Moscou en 1940, la Finlande céda les territoires exigés par l'URSS. La guerre d'hiver était terminée mais la Finlande entra dans la guerre mondiale un peu plus d'un an plus tard. Elle se termina pour la Finlande en 1944 par de lourdes conditions de paix qui furent entérinées par le traité de Paris en 1947. Dans notre précédent numéro nous avons parlé des cessions de territoire en Carélie et à Petsamo. Mais pourquoi les Russes voulurent-ils repousser la frontière vers l'ouest au niveau de Salla et de Kuusamo?

"Staline avait des plans bien arrêtés", raconte le colonel Sampo Ahto, historien militaire. "Pendant la guerre d'hiver déjà, l'URSS lança une attaque à Salla avec deux divisions dans le but de traverser la Finlande jusqu'à Tornio à la frontière suédoise. La Finlande se défendit toutefois si bien que l'opération échoua - comme ont échoué presque toutes les opérations projetées par les Russes pendant la guerre d'hiver."

Image size 25 Kb Une des batailles les plus célèbres de la guerre d'hiver s'est déroulée en janvier 1940 sur la route de Raate au sud de Salla par une température de près de -40º C. Les Finlandais encerclèrent et détruisirent presque entièrement la 44e division qui faisait partie des troupes d'élite de l'armée rouge, 17 500 Russes périrent en quatre jours. La tentative de couper la Finlande en deux à son point le plus étroit en resta là. Cette défaite écrasante donna naissance parmi les Russes à la légende des Finlandais vêtus de blanc, "la mort blanche".

Les Soviets avaient besoin de Salla pour un grand projet

Dans le cadre du traité de paix Staline avait donc exigé la cession d'un zone de 7 426 km² à Salla et à Kuusamo. Les habitants des territoires cédés aux Soviets, soit beaucoup des milles personnes, furent évacués vers la Finlande. Il y avait dans le traité un article aux termes duquel la Finlande devait construire une voie ferrée de Salla à Kemijärvi d'où part une ligne vers Tornio. L'idée de couper la Finlande en deux était toujours bien vivante et les Finlandais le savaient. "Ces travaux de construction étaient destinés à faciliter la prochaine agression russe", explique le colonel Ahto. "Les Russes essayaient d'accélérer les travaux en lançant sans arrêt des ultimatums. Ils avaient très rapidement construit leur propre tronçon qui allait de la ligne de Mourmansk à Salla. Du côté finlandais il y a eu jusqu'à trois mille hommes pour construire un tronçon de plus de 80 kilomètres. Au printemps de 1941 la ligne était pratiquement prête." Les archives ont dévoilé que, selon le plan établi au mois de novembre 1940, l'armée rouge devait lancer une attaque à Salla avec, pas moins, les huit divisions qui constituaient la 21e armée. "Une telle troupe ne peut pas attaquer sans voie ferrée, la logistique est énorme", affirme le colonel Ahto commentant les projets de Staline. "Et puis la situation changea - et, plus tard, ce furent les Allemands qui profièrent de cette ligne. Le projet finit en quelque sorte par se retourner contre les Russes eux-mêmes."

Au mois de juin 1941, l'Allemagne avait attaqué l'URSS et bientôt la Finlande cherchait à se venger de la guerre d'hiver aux côtés des Allemands. Elle reconquit les territoires qu'elle avait cédés. Ce fut une longue guerre de position qui s'acheva par une attaque russe de grande envergure sur l'isthme de Carélie. En septembre 1944, alors que la défaite d'Hitler était évidente, la Finlande conclut une armistice avec l'URSS. Dans ses conditions de paix, l'URSS exigea encore que la Finlande chassât les Allemands qui étaient en Laponie. Ce qu'elle fit. Pour la Finlande, les opérations de la seconde guerre mondiale s'arrêtèrent là.

Des paysages fascinants, pas d'intérêt militaire

Image size 17 Kb

Avant la guerre, trois sommets majestueux - Salla, Välitunturi et Rohmoiva, qui se trouvent maintenant de l'autre côté de la frontière - et les lacs et rivières du voisinage attiraient les skieurs, les pêcheurs et les randonneurs. On disait que Salla était la plus belle agglomération de Laponie. Dans le courant des années 1930, le tourisme y connaissait une forte croissance et les projets de développement ne manquaient pas. Lorsque la Finlande était alors déjà candidate pour organiser les jeux olympiques d'hiver, on estimait que Salla était le seul endroit où l'on pouvait aussi pratiquer les disciplines alpines.

La guerre détruisit le grand avenir touristique de Salla. Du côté russe, la construction d'un barrage hydroélectrique réalisé dans une complète indifférence envers l'environnement a ruiné les belles rivières à saumons, les coupes ont détruit les forêts qui sont restées à l'état sauvage là où les engins forestiers n'ont pas pu pénétrer. Tout n'est pas perdu car les Russes y ont créé une réserve naturelle en 1994.

Militairement parlant, Salla ne présente plus d'intérêt pour la Finlande ni pour la Russie. "D'une façon générale, ces bouts de terrain n'ont plus l'importance stratégique qu'ils avaient jadis", rappelle le colonel Ahto. "Tout laisse à penser que les Russes ont une attitude de confiance à l'égard de leur frontière avec la Finlande, peut-être plus qu'avec aucune autre zone frontalière. Ils ont retiré des troupes. La garnison d'Alakurtti à Salla est aussi beaucoup plus petite qu'avant."

Les projets en vue de remettre en état pour le tourisme les monts qui sont restés derrière la frontière de Salla commencent peu à peu à prendre forme. La société finlandaise Sallan Tunturipalvelut Oy, qui fait partie du groupe Holiday Club Finland a créé en 1999 une coentreprise avec la ville russe de Kantalahti en vue de réaliser cette opération. La société NCC-Puolimatka International, financée par le programme européen Tacis, va commencer à construire le poste frontière de Salla du côté russe. On voudrait que le poste soit ouvert à la circulation internationale le 1.1.2001. Lorsque les infrastructures auront été remises en état, les travaux de développement de la région pourront tourner à plein régime.