Pour changer de saison, toucher l'image
Images 24 Kb
L'appel de la taïga finlandaise

Les étendues forestières de Kuusamo avec leurs collines, leurs ravins, leurs cours d'eau impétueux et leurs rapides sont grandioses à vous couper le souffle. Certains sont tellement ensorcelés par ces paysages qu'ils doivent y retourner chaque année pour se plonger dans l'embrasement des couleurs de l'automne ou dans la foisonnante effervescence du début de l'été.

Image size 5 Kb C'est à Kuusamo que l'on trouve les dernières forêts sauvages d'Europe, juste sous le cercle polaire, là où commencent la steppe laponne. Kuusamo est le lieu le plus occidental d'Europe où il est possible de trouver les forêts caractéristiques de la taïga. À Kuusamo, à 300 mètres au-dessus du niveau de la mer, la végétation, le climat et les précipitations annuelles sont typiques de la zone de la taïga. Les conifères en forme de chandelles, hauts, étroits de branchage, se sont adaptés aux énormes masses de neige qu'ils doivent supporter en hiver. À cinquante kilomètres plus à l'ouest, les épicéas et la configuration du terrain sont tout à fait différents.

Le parc national d'Oulanka, qui s'étend sur 27 000 hectares, est unique en son genre tant par les paysages et par le sol que par la végétation. Beaucoup de noms de localités témoignent d'un très ancien peuplement lapon. Oulanka, par exemple, est un mot lapon qui signifie inondation. La rivière Oulanka et ses affluents traversent le parc dans des gorges aux parois escarpées. Les spectacles les plus vertigineux sont donnés par les rapides dont les plus grands bouillonnent sur cent mètres avec une différence de niveau de quatorze mètres. Conformément à son nom, l'Oulanka déborde chaque printemps et les rapides sont alors plus violents que jamais. Quand le calme revient, les prés qui bordent la rivière scintillent de l'éclat d'une mer de boutons d'or.

Toute une variété d'espèces naturelles règne sur le territoire du parc national. Des forêts d'épicéas au sol couvert de mousse épaisse on passe aux terrains sablonneux et arides des pinèdes, des vallées et des pentes pierreuses des collines boisées aux forêts mixtes et aux marécages de toutes sortes. On a trouvé dans le parc d'Oulanka plus de cinq cents espèces végétales dont beaucoup sont rares. Parmi les plus belles se trouvent de splendides orchidacées comme l'épipacte Epipactis atrorubens, la calypso Calypso bulbosa et le...

Image size 8 Kb sabot de Vénus Cypripedium calceolus,
la plus belle orchidée d'Europe.



Oulanka est aussi riche par sa faune. De grands animaux prédateurs comme l'ours, le loup et le glouton y ont élu domicile. Le parc abrite aussi des rennes, que les randonneurs ne manqueront pas de rencontrer, ainsi que des élans et des lièvres. Une centaine d'espèces d'oiseaux y font leur nid, parmi lesquels de petites raretés comme le rossignol à flancs roux et le petit bruant.

C'est en le parcourant à pied que l'on apprend le mieux à connaître le parc et pour ce faire on peut suivre le Tour de l'ours, un itinéraire de randonnées de 80 kilomètres soigneusement balisé. Cela fait quarante ans que les randonneurs peuvent faire cette excursion qui est aujourd'hui devenue légendaire. On la fait en quatre ou cinq jours à travers ravins, collines et forêts d'un autre âge, en suivant les rives de rapides impétueux. Le parcours est aussi ponctué par les plus beaux points de vue du parc. Malgré son nom, on n'y rencontre jamais d'ours et, à moins que la saison touristique batte son plein, la journée peut s'écouler sans voir âme qui vive. Des refuges disposés en grand nombre le long du chemin permettent de passer la nuit et de se reposer à l'abri. On peut aussi prendre d'autres itinéraires, plus courts, comme le Petit tour de l'ours qui n'est long que de neuf kilomètres.

Les randonnées les plus populaires sont celles de l'automne lorsque les arbres et le sol sont embrasés de jaune et de rouge et que, dans le ciel, les grues reprennent le chemin du sud. Pendant les nuits noires de l'automne, on peut avoir la chance d'admirer le jeu des aurores boréales Le printemps arrive tard à Kuusamo et les dernières neiges ont généralement fondu vers la fin mai début juin. La nature grouille alors de vie, les chants des oiseaux migrateurs retentissent partout et les eaux des rivières font entendre leur bouillonnement. Le printemps cède la place à l'été et des armées de moustiques prennent alors possession des lieux. Ils font fuir la plupart des randonneurs mais, avec des vêtements appropriés et des produits anti-moustiques il y a toujours moyen de s'arranger avec eux.

On peut descendre les rapides d'Oulankajoki et de ses affluents en toute sécurité sous la conduite d'un guide. Des programmes offrent en effet des randonnées qui vont de la balade tranquille en famille aux émotions les plus fortes du rafting. Il est aussi possible d'admirer le paysage en pagayant et pour cela lacs et rivières offrent diverses possibilités suivant le niveau du pagayeur.

Plus d'aurores boréales [en anglais]