Image size 10 Kb Le roi de la forêt se porte bien

 

Image size 10 Kb

L'ours brun [Ursus arctos], le plus grand carnassier d'Europe, mérite bien d'être, par son aspect massif et puissant, l'emblême national de la Finlande. Ces dernières années, la population des ours s'est renforcée en Finlande et on estime qu'un millier d'entre eux y résident en permanence. Il faut remonter au siècle dernier pour trouver une situation aussi bonne.

Les ours se sont répandus partout dans le pays, jusque dans le sud. L'été, on n'arrête pas de faire des observations sur leur présence et il n'est plus tellement extraordinaire de tomber nez à nez avec un de ces plantigrades. En 1997, le "Citadin", comme on l'avait baptisé, se promenait à proximité des centres des grandes villes du sud et avait fait les gros titres des journaux d'une semaine à l'autre. Il s'agissait d'un jeune mâle qui cherchait un territoire et faisait peur aux gens. Le moyen le plus facile qu'il avait trouver pour assurer sa pitance était de cueillir des pommes dans les arbres et de vider les ruches de leur miel. Tout cela a mal tourné pour le "Citadin" dont les aventures se sont terminées sous les balles de la police.

L'ours est un animal sauvage et il n'est sain ni pour lui ni pour l'homme de se trouver trop près l'un de l'autre. Dans les grandes forêts où il vit, l'ours est en fait très farouche et évite certainement l'homme. Surpris, il se conduit comme le font tous ceux de son espèce, c'est-à-dire qu'il se défend. Donc, si le randonneur sait qu'il y a des ours dans les environs, il vaut mieux qu'il fasse un peu de bruit, en fredonnant ou en chantant, pour avertir l'ours de sa présence. Si l'on se trouve nez à nez avec un ours, il ne faut pas paniquer, recommandent les spécialistes. Il est plus sage de se retirer lentement en lui parlant calmement et sans lui tourner le dos.

Ce sont des précautions que n'a vraisemblablement pas observées un homme qui, en juin 1998, faisait, avec des camarades, du jogging non loin de la frontière russe. Il s'est apparemment fourvoyé entre une ourse et son petit âgé d'un an. L'ourse, s'imaginant que son ourson était en danger, réagit promptement et tua l'homme. Le lendemain, après qu'on eut découvert la victime, on organisa une battue et les chasseurs abattirent l'ourse et son petit. C'est la seule fois au cours de ce siècle qu'en Finlande un ours s'est attaqué à un homme et l'a tué.

L'homme n'est pas au menu de l'ours sinon, en été, assurent les biologistes, il en croquerait un par jour. En revanche, il se nourrit volontiers de baies, d'insectes, de petits mammifères et de ruches. Parfois, il attrape même un élan. En hiver, les ours finlandais dorment quatre à cinq mois dans une tanière qui peut être une vieille fourmillière, sous des racines d'arbre ou dans une grotte. En janvier, les femelles mettent bas deux ou trois petits qui ne sont pas plus gros que des écureuils.

La chasse à l'ours est strictement réglementée et soumise à une autorisation spéciale. L'année dernière, en Finlande, on a attribué 118 autorisations d'abattre des ours et 96 ours ont été abattus. Ces autorisations sont généralement accordées dans les régions où il y a une forte population d'ours et où ceux-ci peuvent présenter un danger pour l'homme. Les spécialistes affirment que les ours "savent" qu'on les chasse. Ils deviennent farouches et se retirent dans les profondeurs de la forêt, là où il leur appartient d'être.

La Chasse à lours en Finlande • Info-Finlande