Image size 23 Kb

Beaucoup de voyageurs arrivent en Finlande en s'imaginant des lacs qui miroitent sous le ciel et de murmurantes forêts de conifères. Même si le voyage s'arrête à Helsinki, dans un hôtel du centre ville, personne n'a besoin de faire appel uniquement à son imagination car il n'y a guères d'autre capitale européenne où la nature s'avance aussi profondément au cœur de la cité.

Helsinki est construite sur un presqu'île sortie de la mer après l'ère glaciaire. Et la terre continue d'émerger d'environ trente centimètre en cent ans. Au large s'étend un magnifique archipel et les forêts de conifères descendent jusqu'au rivage. La composition est sans rivale.

Ici, le manque de temps ne vous empêchera pas de faire une promenade dans la nature. En quelques dizaines de minutes vous pourrez pénétrer dans l'épaisse forêt finlandaise ou au cœur de l'inégalable nature de l'archipel. Vous pourrez vous faire une bonne idée de cette nature en vous rendant sur l'île de Harakka, une des trois cents et quelques îles qui se trouvent dans les eaux de Helsinki. La nature y fait bon ménage avec l'environnement culturel des anciennes fortifications russes. On y va en cinq minutes en prenant le bateau qui fait régulièrement la navette depuis l'embarcadère qui se trouve à proximité d'un café très apprécié des touristes sur le rivage de Kaivopuisto.

Image size 12 Kb

Au cœur de l'hiver, lorsque les eaux sont prises par les glaces, on peut se rendre à Harakka à pied, ce qui, pour ceux qui ne sont pas habitués à se promener sur une mer gelée, peut procurer quelques sensations. En général, devant Helsinki, la mer commence à geler en janvier et elle est prise deux mois. Il faut observer ce que font les autochtones: s'il y a du monde sur la glace, alors on peut y aller en suivant les voies déjà tracées.

La zone Viikki - Vanhankaupunginlahti, au centre géographique de Helsinki, offre, outre une remarquable mouillère pleine d'oiseaux, des paysages forestiers et historiques. On s'y rend comme aux autres sites naturels en utilisant les transports en commun qui, à Helsinki, fonctionnent très bien. Cette zone est sillonnée de nombreux sentiers de promenade et de pistes et elle intéresse les randonneurs toute l'année.

La mouillère de Viikki est une réserve naturelle de plus de 250 hectares. Ancienne baie qui s'est refermée, sa nature luxuriante attire beaucoup d'oiseaux dont des espèces rares. On y a dénombré 284 espèces différentes et quelque deux mille couples viennent régulièrement y faire leur nid.

Viikki n'intéresse d'ailleurs pas que les ornithologues. La réserve est entourée par les terres d'un des plus anciens domaines de Helsinki qui est cultivé sans interruption depuis le XVIème siècle et qui présente une grande valeur historique. Des locaux d'enseignement et de recherche de l'université de Helsinki s'y trouvent actuellement ainsi que, entre autres, un arboretum qu'un sentier balisé de deux kilomètres permet de visiter.

Image size 13 Kb

On peut aussi aller se promener dans les bois de feuillus de Lammassaari, île qui se trouve au milieu golfe de Vanhankaupunginlahti, et se faire une petite idée de ce qu'est la maladie de la cabane en bois dont sont atteints les Finlandais. Il y a en effet dans cette île plus d'une centaines de toutes petites cabanes de vacances. En été, on accède à l'île uniquement par des passerelles de rondins.

En août et septembre, le voyageur écologiste a la possibilité de s'offrir une petite aventure naturelle, à savoir la cueillette des champignons. Les bois sont ouverts à tous et chacun a le droit de cueillir les baies et les champignons qu'il y trouve. Le mieux est qu'un Finlandais serve de guide, ce qui ne devrait pas présenter de difficultés. La plupart des Finlandais ont conservé une relation vivante avec la nature et un art de s'y déplacer acquis il y a des temps immémoriaux. Une personne habituée à la nature devrait pouvoir reconnaître plusieurs espèces de champignons comestibles car tous ne le sont pas. Par ailleurs, les champignons accumulent facilement les métaux lourds et c'est pourquoi on part les chercher loin du centre ville. On trouve un grand choix de terrains propices à la cueillettes à une demi heure de bus du centre.

On peut se plonger dans l'ambiance forestière à Haltiala dans le Parc central qui a conservé un arpent de la forêt originelle ainsi que dans le musée en plein air de Seurasaari où bruissent les plus beaux pins de la ville.

Mais ceux qui veulent retrouver l'atmosphère des régions inhabitées se rendent à Nuuksio, région forestière et lacustre à 45 minutes du centre. Image size 9 Kb C'est un paysage idyllique à la finlandaise, le territoire de l'écureuil volant Pteromys volans rare dans les autres pays d'Europe. Les bruits de la ville n'arrivent pas jusqu'à Nuuksio. Là on n'entend que le vent dans les arbres, le hululement des hibous, le glapissement des renards, là les cygnes chanteurs font leur nid. Le paysage est dominé par des falaises rocheuses couvertes de pins et par les 150 lacs et étangs qui parsèment le fond des vallées. Il y a en plein cœur de Nuuksio un parc national entouré d'aires de détente qui offrent de nombreux services aux randonneurs. Pour s'y promener il faut avoir un peu l'esprit aventurier et une bonne condition physique car le terrain est en certains endroits d'accès difficile.

Enfin, si le temps manque, il y a en plein centre des endroits qui rappellent la nature. Le parc de Kaisaniemi, en bordure du jardin botanique, est le lieu favori des amateurs d'ornithologie. Les bords de la baie de Töölönlahti est l'itinéraire idéal pour la promenade du soir quelle que soit la saison. Outre la nature environnante, on peut y admirer des centaines d'oiseaux aquatiques, les vieilles villas en bois et aussi de nombreux monuments contemporains.

À Helsinki, il est facile et sûr de se déplacer dans la nature. Cela vaut la peine d'essayer.