Image size 14 Kb La propreté avant tout

Dans toutes les grandes villes, au moins trois facteurs décisifs agissent sur le confort, l'environnement et la vie quotidienne: la circulation, l'approvisionnement en énergie et et l'eau potable. Helsinki s'est fait une réputation de précurseur dans ces trois domaine.

Priorité aux transports en commun

La ville a, en matière de circulation, adopté une politique qui favorise les transports en commun. Plus de 90 pour cent de ses habitants la soutiennent et près de 80% sont satisfaits du niveau de ses services. Grâce aux transports publics il est possible d'aller partout. Les transports de Helsinki sont assurés moitié par le rail, tramways et métro, moitié par les autobus.

Image size 30 Kb

Le métro a commencé à circuler en 1982 avec du matériel roulant fabriqué en Finlande. Les portions de voie les plus récentes ont été ouvertes à la circulation en 1998. Par comparaison avec la voiture personnel, les transports en commun, particulièrement les transports qui utilisent l'électricité, ne sont pas un fardeau pour l'environnement. La régie municipale des transports publics a établi un programme détaillé d'économie d'énergie qui permettra de réduire la charge polluante qui pèse sur l'environnement.

Toutefois, dans une société fortement motorisée, les problèmes que pose la circulation dans le centre d'une ville construite sur une presqu' île restent considérables. Pour ne citer que cet exemple, les habitants de Helsinki considèrent que les possibilités de stationnement dans le centre sont très mauvaises - mais, où sont-elles satisfaisantes? C'est ainsi que, dans Helsinki et ses environs, 29% de l'ensemble des trajets et pas moins de 39% des trajets pour se rendre au travail se font dans les transports publics, train compris. Comparés aux statistiquesinternationales, ce sont des chiffres élevés.

À Helsinki, l'énergie électrique et l'énergie thermique ont une source de production commune. Ce système nécessite moins de combustible que dans une production séparée et les rejets dans l'atmosphère proviennent uniquement des hautes cheminées des centrales. On peut ainsi soulager l'environnement. Helsinki est passée depuis les années 1950 du chauffage individuel au chauffage collectif urbain qui couvre aujourd'hui plus de 90% des immeubles et bâtiments de la ville. Ce mode de chauffage a reçu le prix de l'environnement des Nations-Unies et a été adopté comme modèle en Corée, en Chine, au Japon, au Canada, en Grande-Bretagne, en Russie et dans beaucoup d'autres pays. Les rejets causés par l'approvisionnement énergétique de la ville sont inférieurs aux normes internationales grâce à la modernité des solutions techniques utilisées, à la bonne qualité de la houille ainsi qu'à l'usage croissant du gaz naturel.

L'eau du robinet est pure

Le Service des eaux de Helsinki assure l'approvisionnement en eau d'environ un million de personnes, autrement dit il se charge de faire venir l'eau, de la purifier et de la distribuer aux consommateurs ainsi que d'épurer les eaux usées avant de les rejeter dans le système hydrographique. L'eau potable des habitants de Helsinki est pompée à vingt-cinq mètres de profondeur dans le grand lac de Päijänne. Elle est amenée à destination par un tunnel de 120 km de long creusé dans la roche à plusieurs dizaines de mètres de profondeur, à l'abri de toute pollution. Elle est d'une qualité remarquable -elle satisfait sans difficulté aux normes de l'UE- et il y en a suffisamment. Helsinki et ses environs n'utilisent que le centième de l'écoulement naturel du Päijänne. La qualité de l'eau n'a fait que s'améliorer d'elle-même depuis qu'on a installé ces deux dernières année un système de filtrage au charbon actif dans les stations d'épuration.

Les eaux usagées sont transportées par un réseau d'égouts de mille kilomètres de long jusqu'à une station d'épuration hautement automatisée. La majeure partie de cette station est construite dans la roche. Le gaz qui provient de la digestion des boues d'épuration fournit toute l'énergie thermique dont a besoin la station et les deux tiers de son énergie électrique. Les boues digérées sont ensuite transformées par compostage en produits destinés à l'agriculture et à la construction des espaces verts. Les éléments nutritifs retournent dans le cycle naturel. Les eaux épurées sont rejetées en mer à huit kilomètres au sud de Helsinki par un tunnel. La qualité des eaux du littoral de la capitale s'est considérablement améliorée ces vingt dernières années.

Subway Navigator - Recherche par plan