Image size 6 Kb

Mikkeli a déjà accueilli les superstars russes Maïa Plissetskaïa et Valeri Guerguyev. Maintenant, on se propose de faire de la ville le centre des échanges commerciaux avec la Russie.

Le Centre de service des activités avec la Russie, qui fonctionne depuis la fin de 1997, est un projet ambitieux qui a été mis en route par la Chambre de commerce de Mikkeli, les entreprises régionales et les écoles supérieures locales. Son but est d'améliorer les bases des échanges commerciaux des entreprises pour lesquelles la Russie et en particulier Saint-Pétersbourg sont des objectifs de première importance dans le cadre du nouveau marché. Saint-Pétersbourg n'est pas très loin de Mikkeli. En voiture, on fait le voyage en cinq heures ou, par le train, on y arrive pour le déjeuner en partant le matin.

"La coopération déjà bien établie que nous avons avec les Russes en matière de culture et d'éducation a créé de solides fondations sur lesquelles on a pu construire des activités commerciales. Mikkeli désire conserver l'avance qu'elle a acquise dans ce créneau", assure Markku Kakriainen, directeur de la Chambre de commerce de Mikkeli.

L'exportateur rencontre de nombreux problèmes

"Il y a dans notre province un nombre étonnant de petites et moyennes entreprises qui font du commerce avec la Russie, des entreprises du domaines de l'énergie et de la technique environnementale, même des vendeurs de biens de consommation courante. Le Centre de service s'efforcera d'accroître le volume de ces échanges commerciaux en fournissant un soutien aux entreprises qui ont déjà commencé à exporter et en aidant les nouvelles à démarrer", poursuit Kakriainen.

"Commercer avec la Russie pose de toutes sortes de problèmes qui nécessitent compétence et savoir-faire. Les différences culturelles et législatives, des conditions changeantes, les rapports avec les autorités, la complication des systèmes de paiement et beaucoup d'autres questions sont difficiles à résoudre, surtout pour ceux qui se lancent pour la première fois dans le commerce avec les Russes. Il n'y a pas suffisamment de personnes expérimentées qui parlent russe et, au début, il n'est pas toujours possible d'en embaucher. Le Centre de service des activités avec la Russie peut aider les entreprises à résoudre ces problèmes", assure Kakriainen.

Participent à ce projet le Centre des petites entreprises de l'École supérieure de commerce d'Helsinki à Mikkeli et l'École professionnelle supérieure de Mikkeli. Les deux écoles entretiennent depuis des années, dans les domaines du commerce et de la technologie, des rapports actifs avec les universités de Saint-Pétersbourg où, d' ailleurs, elles ont aussi leurs propres bureaux. L'École professionnelle supérieure a, avec les entreprises, des projets de formation et entretient avec elles des activités de service liées à la recherche et au commerce en vue, entre autres, de mettre au point des produits destinés à répondre aux besoins du marché russe.

Mais, comme le fait remarquer Kakriainen, "les services du commerce avec la Russie s'établiront sur les bases d'où partent les entreprises. Le Centre offre à celles-ci des conseils et peut aussi s'occuper de leurs demandes. Il reste toutefois que cela ne peut pas remplacer les propres organisations de marketing des entreprises."

"Dans le commerce avec la Russie, l'argent pose souvent problème. On règle avec autre chose que de l'argent et une autre forme importante de notre activité est de chercher des acheteurs et des intermédiaires pour les lots de marchandises qu'on a reçues en guise de règlement. Le Centre sert aussi les entreprises russes qui cherchent des contacts dans les milieux d'affaires de l'Union européenne."