Image size 20 Kb La dimension septentrionale

Le secrétaire d'État Alec Aalto est, en tant que haut fonctionnaire du secrétariat du Conseil des ministres, totalement immergé dans les questions complexes de l'Union et du mandat présidentiel de la Finlande. "Toutes ces questions s'articulent les unes aux autres et on connaît aussi le calendrier. La date butoir tombe à la fin de cette année. Bien sûr, la vie continuera même si on n'arrive pas à prendre toutes les décisions. Mais si on ne définit pas les nouvelles lignes de la politique structurelle, il n'y aura rien pour définir la politique régionale. Si l'Union européenne n'a pas de programmes financiers à long terme, son expansion sera impossible", dit Aalto.

"Cette tâche permet aussi de mettre l'accent sur des questions que l'on considère comme importantes du point de vue de l'ensemble de l'Union", poursuit Aalto. "La dimension septentrionale est un ensemble énorme de questions qui porte maintenant un nom. La politique énergétique, par exemple, est une importe question pour l'avenir. Les considérables ressources en gaz naturel de la Russie du nord-ouest se trouvent juste derrière la frontière finlandaise. Nous ne devons cependant pas dire que nous allons nous en occuper. Non, nous devons démontrer aux pays de l'Union qu'il est de l'avantage de tous de s'en occuper ensemble. La Russie comprendra d'autant mieux l'importance de ce projet qu'il y aura de l'autre côté de la table toute l'Union européenne. La dimension septentrionale est importante pour tous les pays voisins de la Finlande mais nous avons besoin d'être épaulés par toute l'Union. Nous avons pris l'initiative en temps utile et l'affaire est maintenant sur l'agenda officiel de l'Union."

Géographiquement, économiquement et culturellement, l'Union européenne compose un ensemble bigarré dont on peut considérer les diverses facettes comme des parties plus grandes de l'ensemble. Cette façon de penser n'est pas neuve. L'Union a eu longtemps sa propre politique méditerranéenne, concept qui englobait maintes questions. De l'avis d'Alec Aalto, la dimension septentrionale est une désignation suffisamment explicite qui recouvre aussi bien les problèmes que les possibilités de cette région. "Présentés isolément ceux-ci seraient noyés dans l'immensité de l'Union. Une fois la désignation acceptée, on peut mener à bonne fin avec plus d'efficacité les projets qu'elle recèle. Il nous faut seulement montrer qu'il y a vraiment quelque chose de plus qu'un slogan dans cette notion."

Les visions de l'avenir montrent la voie

Pour ce qui concerne l'expansion de l'Union européenne, Aalto considère que c'est une idée qu'il faut faire accepter par tous les membres. À l'heure actuelle c'est certainement plus de l'intérêt de l'Allemagne que de, disons, du Portugal et de l'Irlande. "Il faut pouvoir prouver que la prospérité et l'équilibre politique de l'Europe sont, à long terme, conformes à l'intérêt de tous. De même, ceux qui jouissent d'avantages importants devront être prêts à faire des sacrifices pour atteindre l'objectif commun, sachant que des pays encore plus pauvres seront admis."

Alec Aalto parle de façon convaincante en faisant de grands gestes enthousiastes. Est-ce de l'idéalisme?

"L'idéalisme ne devrait pas se faire complètement écraser par la grosse meule des questions concrètes. Le chancelier Helmut Kohl a offert le bon exemple d'un homme qui tenait à ses principes fondamentaux sur l'Europe. Il voyait au-delà des problèmes de tous les jours et au besoin ignorait même l'opinion publique. L'euro en est un exemple typique. Mais, les visions de l'avenir ne doivent pas trop s'écarter de l'opinion des citoyens, quand bien même elles montrent la voie. Il faut avoir la capacité réaliste de juger quels sont les objectifs que les hommes sont finalement prêts à suivre."