Via Baltica
 
Image size 18 Kb
Route de l'avenir

Contrairement à ce qui se passe aux États-Unis et en Extrême-Orient, la consommation d'essence ne croît pratiquement plus en Europe occidentale, bien qu'on ait du mal à le croire lorsqu'on se trouve dans les embouteillages des grandes villes et des autoroutes. On impose des limites à la circulation et les nouvelles voitures consomment de moins en moins de carburant. Les raffineries européennes doivent donc trouver de nouveaux débouchés -à l'est.

"Dans les pays d'Europe de l'Est, les marchés de l'essence de qualité, à haut indice d'octane, sont en pleine croissance car le parc automobile est en train de se renouveler. Outre les nouveaux riches, les gens ordinaires achètent aussi des voitures occidentales qui ne roulent pas avec les carburants vendus par les anciens réseaux de distribution", nous explique Matti Saarinen, directeur des relations publiques de Fortum Oyj (autrefois Neste Oy). "Cette nouvelle zone de marché s'est créée à proximité de la Finlande, c'est la région de Saint-Pétersbourg, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie y compris Kaliningrad, la Russie blanche et la Pologne. Toute cela englobe la logistique de la mer Baltique. La mer permet des transports efficaces. Il est ainsi plus facile d'amener du carburant à Saint-Pétersbourg, ville de sept millions d'habitants, qu'à une petite ville du nord de la Finlande. Pour le moment, à Saint-Pétersbourg, Fortum est la seule compagnie pétrolière étrangère, mais la concurrence va sûrement arriver. Il y en a déjà deux ou trois autres dans les pays baltes et en Pologne elles le sont toutes."

"Nous avons pris la croissance en route. Aux périodes les plus intenses, nous ouvrions une station-service par semaine. Nous en avons maintenant une centaine, dans deux ou trois ans il pourra y en avoir deux cents ou plus. Cette activité a commencé à partir de peu, mais grâce à elle nous avons créé les fondements de la croissance. Le réseau de Fortum est neuf et moderne. Nous avons eu le temps de placer nos points de vente à des endroits stratégiques, ce qui est très important pour le commerce.

La cafétéria de la station devient le club de l'élite

"Les stations-service de Fortum en Russie et dans les pays baltes sont, en raison de l'uniformité de la marque, identiques à celles que l'on trouve en Finlande, seul l'environnement est différent. Là-bas, la station-service rutile comme un diamant dans la grisaille, qui, il faut le dire, prend des couleurs de jour en jour. Dans cet environnement, la première station-service occidentale valait le coup d'œil avec ses couleurs, sa lumière, ses marchandises. Dans bien des endroits, la cafétéria de la station faisait office de club pour l'élite locale où les riches messieurs et les belles dames venaient boire du Coca-Cola", se souvient Matti Saarinen.

"La Via Baltica, à la construction de laquelle Fortum aussi a participé, n'a pas encore une très grande importance pour ce qui concerne le trafic transitaire. C'est pourquoi nous avons surtout investi dans les grandes agglomérations et le trafic interurbain. On est en train d'améliorer le réseau routier balte, mais il est encore bien faible en maints endroits, ce qui n'est pas pour attirer les touristes. Les voies d'Europe centrale qui font la liaison directe avec Moscou ont ausi besoin d'être réparées. Il serait important pour la Finlande qu'on arrive à faire bien fonctionner cette artère balte. Mais il faut avant tout construire une autoroute convenable entre les villes portuaires du sud de la Finlande et Saint-Pétersbourg. Cela serait aussi bon pour l'environnement. Actuellement, le trafic routier lourd se traîne sur des chemins étroits, ce qui n'améliore pas la sécurité routière. Il y a aussi la frontière russo-finlandaise avec toutes les modalités qu'elle implique et qu'il faudrait assouplir. Les autorités s'y emploient et coopèrent assidument dans ce sens."