Image size 18 Kb Kuopio danse et chante

Tous ceux qui, dans le monde, aiment la danse connaissent Kuopio. Chaque année, en effet, le Festival de danse et de musique de Kuopio attire des artistes et des groupes que l'on ne voit généralement pas en Finlande. En été 1996, par exemple, c'est à Kuopio qu'une troupe d'opéra chinoise, dont l'origine remonte au XIIIème siècle, s'est produite pour la première fois hors de Chine. Il y avait aussi à cette occasion la troupe royale de danse de Thaïlande, celle-là même qui a dansé à l'ouverture des Jeux olympiques d'Atlanta.

"Notre festival, qui aura bientôt trente ans d'existence, est marqué par une sorte de problème de crédibilité", remarque en riant la responsable du festival Tanja Rasi. "Ceux qui ont leur mot à dire dans ce domaine se demandent en effet comment une si petite ville, située presque sur le cercle polaire, arrive à attirer continuellement de grands noms". Ce n'est pas un hasard. Le niveau élevé et la grande popularité de ce festival reposent sur un travail assidu de pionnier, sur la compétence et sur de nombreux contacts personnels. On s'adresse à tous les groupes et à tous les artistes qui se produisent au festival sans passer par un intermédiaire. "Ils prennent l'avion, arrivent ici, se produisent et repartent", nous explique Tanja Rasi. "Notre festival n'est pas une étape parmi les autres d'artistes en tournée".

Le Festival de danse et de musique de Kuopio est d'autant plus important que la Finlande n'est pas réputée comme pays de danseurs. C'est ainsi que tout le pays, en particulier la ville de Kuopio, se fait mieux connaître et confirme son image culturelle.

Le Festival de Kuopio n'a jamais cherché à être une manifestation de masse. Si l'on en croit Tanja Rasi, l'été finlandais est bien suffisamment pourvu de ce genre de manifestation. "Le festival qui permet à ceux qui aiment cet art de venir admirer des artistes de renom peut, si on s'y consacre, reposer sur des bases financières saines".

Bien qu'on ne veuille pas entendre parler de manifestation de masse, on s'efforce, à Kuopio, d'abaisser un seuil que le caractère élitiste de la danse tend à relever. "Nous voulons faire des programmes toujours plus multidimensionnels", affirme Tanja Rasi. Elle insiste aussi sur le fait que les cours de danse, du ballet classique pour les enfants au flamenco, qui sont dispensés dans le cadre des festivals permettront d'élargir le cercle des amateurs. "Le plaisir de pratiquer la danse revient à tout le monde quels que soient l'aptitude, l'âge, l'apparence ou que sais-je encore".

Des rythmes incandescents dans la fraîcheur de Kuopio Image size 5 Kb

Le moins que l'on puisse dire est qu'au Festival 1998 il nétait pas question de caractère élitiste. Des troupes de danseurs et danseuses originaires d'Argentine, du Brésil, du Mexique, du Venezuela et de Cuba ont veillé au contraire à ce que le Festival ait un petit air de fête populaire.

Y veillaient le Ballet national de Cuba sous la direction de sa légendaire fondatrice Alicia Alonso, le Balé Folclorico da Bahia, le groupe de danse Tangokinesis, le Grupo Corpo, l'Utopia Danza-Teatro, la troupe Danzahoy et le groupe finlandais Afro-Cuban Jazz-Orchestra.

Parmi les représentations que Kuopio a particulièrement bien accueillies il convient de mentionner celle du Balé Folclorico, acrobatique, débordant d'énergie. Le ballet brésilien a, comme la plupart des autres troupes, joué à guichets fermés.

"Le Festival a pu cette année continuer à consolider sa position. A mon avis, seul le Festival 1995 et ses brillantes représentations de flamenco peut soutenir la comparaison avec cet été latino-américain", estime Anna Pitkänen qui a succédé en 1996 à Tanja Rasi à la direction du Festival.

D'éminentes troupes de danseurs se sont aussi produites en 1999, entre autres, la Compagnie israélienne de danse contemporaine dirigée par Rami Be'er, l'ensemble flamenco de Ricardo Franco et le corps de ballet de "l'Opéra finlandais sur le Rhin" comme on surnomme quelquefois le Deutsche Oper am Rhein du fait des nombreux chanteurs et cantatrices finlandais qui y sont invités.

La troupe Rimpparemmi, de la ville laponne de Rovaniemi, a pris soin du clou final. Le répertoire de cette troupe se compose de danses populaires traditionnelles pour lesquelles le directeur artistique Petri Kauppinen a conçu une chorégraphie moderne.

Le thème pour l'an 2000, le théâtre de danse de Grande-Bretagne, incluera aussi des ensembles des anciennes colonies britanniques.

Plus de Festival de danse en Kuopio