Une académie qui prépare
aux défis de l'avenir
La photographie est une des matières les plus populaires. Il y a dans cette Ĺ“uvre de Hanna-Kaisa Korolainen et Hannele Romppanen "Deux Anna à Terijoki" le sens d'une époque et de l'ambiance.
Image size 13 Kb

Turku est non seulement le berceau de la navigation maritime et du commerce en Finlande, c'est aussi celui de la culture et de la civilisation. La première université du pays, l'Académie royale, a ouvert ses portes en 1640. Dès le XIIIe siècle, la cathédrale entretenait une école. Au cours des siècles passés de nombreux étudiants finlandais ont parfait leurs études dans les célèbres universités françaises et allemandes et ramené chez eux les savoirs les plus récents. C'est ainsi que se sont développées les institutions artistiques et scientifiques modernes dont les meilleures se trouvent à la pointe du progrès et attirent à leur tour des étudiants de tous les pays.

L'Académie des Beaux-Arts de Turku est un établissement culturel polyvalent qui vit le futur sans états d'âme. "À l'automne de 2001 commencera chez nous une nouvelle série de cours qui ne porte pour l'instant qu'un nom de travail: les nouveaux médias", explique avec enthousiasme la direcrice de l'académie Maija Palonheimo. "L'idée est de regrouper les divers médias en un ensemble fonctionnel. Nous avons besoin de professionnels de la biotechnologie, de gens du cinéma, d'artistes, de spécialistes de l'animation, de musiciens - de tout ce que vous pouvez imaginer! Personne ne sait ce que feront ces étudiants à la fin de leurs études. En fait personne ne sait encore quelles seront dans un an les nouvelles inventions de la communication."

Le diplôme de l'Académie des Beaux-Arts, devenue en 1997 Institut universitaire de Technologie et de Commerce, est une alternative au diplôme professionel et au diplôme scientifique universitaire. L'objectif est de former des personnes qui ont des connaissances pratiques dans le domaine de leur choix. Les études durent quatre ans ou quatre ans et demi stages compris. La participation d'élèves des autres pays est très appréciée.

Image size 10 Kb

Les locaux de l'académie se trouvent sur un ancien chantier naval au bord du fleuve. Au rez-de-chaussée de l'ancien hall on ne transpire plus dans des bleus de travail mais dans dans des collants de danse et au premier étage on ne dessine plus des bateaux mais des nus. L'académie reçoit chaque jour quelque six cents étudiants qui coopèrent intensément, chaque discipline influant sans cesse sur une autre.

On peut recevoir une formation sur pratiquement tout ce qui a quelque chose à voir avec l'art: le cinéma, la musique, la danse, l'animation, les arts plastiques, le théâtre de marionnettes, le cirque, les variétés, la conception publicitaire, les divers domaines de l'artisanat et des arts décoratifs. "En Finlande, nous sommes les seuls qui formons des artistes de cirque et de variétés", commente fièrement Maija Palonheimo.

Le cirque aussi est de l'art

Image size 10 Kb

L'apparition du cirque dans le programme de l'académie montre bien bien comment celle-ci a évolué. "Un jour, entre la poire et le fromage, quelqu'un fit remarquer lors d'une discussion qu'à part l'école de clowns danoise il n'y avait aucune formation professionnelle de cirque. Nous nous sommes immédiatement mis à l'ouvrage. Au début les gens étaient horrifiés. Imaginez, ils apprennent là-bas à faire le clown avec l'argent des contribuables. Mais nous étions sur la bonne voie, la popularité et le respect du cirque gagnent du terrain."

Pour Maija Paloheimo, être accepté à l'académie revient à gagner le gros lot. On n'accepte en effet que 4 à 8 pour cent des centaines de candidats qui se présentent. L'enseignement qui y est donné est excellent et gratuit. Il y aurait même plus d'étudiants étrangers que l'on est capable d'en accueillir. Les disciplines les plus recherchées sont la photographie et la conception publicitaire.

L'art est une activité professionnelle

Toutes disciplines confondues, on dispense à chaque étudiant une bonne dose de formation sur le marketing et la gestion d'entreprise. Selon Mme Paloheimo ceci commence à intéresser les étudiants qui ont progressé assez loin dans leurs études. Il faut en effet qu'ils puissent gagner leur vie avec leur savoir-faire. L'académie assure donc une compétence professionnelle aux artistes. C'est une devise internationale qui est acceptée partout.

Il ne fait aucun doute que Maija Palonheimo est fière de son académie. "Un étudiant peut inventer et expérimenter ici tout ce qui ne lui sera plus possible dans la vie professionnelle. C'est ainsi que cela doit être. C'est aussi pour cette raison que l'académie est enrichissante pour les enseignants. Le principal est toutefois que l'on sache dans cette maison ce qui se passe à notre époque et que les tendances les plus récentes soient inclusent dans nos cours."

Turku Arts Academy - Circus Arts