Le Kantélé Image size 17 Kb

Instrument national finlandais

On a élevé en Finlande le kantélé au rang d'instrument national bien que ses origines remontent loin en Asie. Les débuts du kantélé se rattachent à la période où arrivaient sur les pourtours de la Méditerranées et en Europe les premières cithares orientales. On estime que le kantélé est arrivé en Finlande quelques siècles avant notre ère. Ce fut un long voyage. Les Scythes, nomades originaires d'Asie, l'on d'abord apporté dans les pays baltes et l'ont introduit plus tard dans la culture des Finlandais de la Baltique.

Il y a eu deux principaux types de kantélé: l'un taillé dans la masse du bois et l'autre fait d'un assemblage de lattes en bois. Le kantélé taillé dans la masse est unique au monde; on n'en connaît pas d'autres de cette structure. L'autre, celui qui a la forme d'une cithare plate, a des cousins partout dans le monde. Le kantélé traditionnel finlandais est caractérisé par cinq cordes, jamais moins rarement plus.

Les kantélés de concert d'aujourd'hui ont un nombre de cordes beaucoup plus important et un mécanisme permet d'en moduler rapidement le ton. C'est dans les années 1920 que Paul Salminen parvint, après de nombreux essais, à créer un instrument de musique classique. Il avait associé à son grand kantélé un appareil bricolé à partir d'un mécanisme de harpe qui en accroissait considérablement les possibilités musicales. L'accord de base du kantélé est diatonique, autrement dit il est accordé conformément aux touches blanches du piano. Son appareil permet de faire monter et descendre les notes qui correspondent ainsi aux touches noires. Les kantélés de concert observent toujours, en principe, le modèle mis au point et construit par Salminen. Les kantélés avec lesquels on joue aussi bien de la musique folklorique que de la musique de concert ont au maximum 32, 36 ou 38 cordes. On enseigne le kantélé à l'Académie Sibélius, seule école supérieure de musique de Finlande.

Il peut aussi prévoir le temps

Image size 19 Kb Le kantélé est devenu en Finlande un symbole national qui apparaît à maintes occasions sur les blasons, les stèles funéraires, les logos des associations culturelles et, en particulier, dans les Ĺ“uvres d'art anciennes. C'est la place importante qu'il tient dans l'épopée nationale finlandaise, le Kalevala, qui a rehaussé la force mythique du kantélé. Väinämöinen, le divin héros mythologique, est représenté dans la plupart des peintures et des sculptures en train d'accompagner ses chants puissants au kantélé. La tradition des bardes et des joueurs de kantélé s'est transmise jusqu'à nos jours et c'est en Carélie, où d'ailleurs les poèmes du Kalevala ont été recueillis, qu'elle est la plus vivante.

Le kantélé est toujours construit dans un bois choisi avec le plus grand soin: épicéa, pin, aulne et, de plus en plus souvent aujourd'hui, bouleau. La qualité du bois, qui, comme dans un violon, agit sur le son qui naît dans la caisse de résonnance, a eu aussi, jadis, une importance pratique. Dans la Carélie ancienne on savait en effet prévoir les changements de temps d'après le son du kantélé.

Du fait que le kantélé est essentiellement un instrument d'essence populaire, il existe de multiples façons de le construire et d'en jouer. On trouve en Finlande une multitude de joueurs de kantélé qu'il est impossible de classer dans une catégorie connue. Cet instrument, qui a plusieurs milliers d'années d'histoire derrière lui, ne s'est pas encore figé dans une forme donnée. La tradition vit toujours.