Image size 22 Kb
Le puukko
couteau finlandais par excellence

Puukko est, comme sauna et sisu, un mot bien finnois et impossible à traduire exactement dans une autre langue. Le puukko fait partie de la grande famille des couteaux et armes blanches au sein de laquelle il occupe une place qui lui est propre. C'est un instrument qu'on utilise pour tailler toutes sortes de choses, en particulier le bois (puu). Il peut servir d'arme comme le poignard, mais ce n'est pas un poignard. Un petit puukko n'est pas un taille-crayon bien qu'il puisse aussi être utilisé à cela. Les chasseurs et les pêcheurs peuvent dépouiller leurs proies avec un puukko mais ce n'est ni un couteau de chasse ni un couteau de pêcheur. C'est un puukko.

Le puukko a longtemps fait partie de l'équipement du Finlandais au même titre que le pantalon. Photo de 1911.
Image size 10 Kb

Un puukko est composé d'une lame et d'un manche ainsi que d'un étui qui protège la lame et qu'on accroche à la ceinture. Sa forme a évolué avec le temps pour devenir ce qu'elle est aujourd'hui : belle et conforme à sa destination. La fabrication d'un bon puukko nécessite la compétence de beaucoup de spécialistes: forgeron, sellier, orfèvre, styliste et quelquefois même quelqu'un qui maîtrise l'art difficile de façonner l'écorce de bouleau.

Les plus beaux puukko sont toujours faits à la main bien que la fabrication industrielle ait une longue tradition. Cette industrie nous est venue de l'étranger. Dans le courant des années 1830, des maîtres anglais et suédois vinrent à la coutellerie de Fiskars et transmirent leur savoir aux spécialistes finlandais du puukko. En 1981, le styliste Tapio Wirkkala a créé pour Fiskars un puukko dont le manche et l'étui étaient en fibre de verre. Le produit est devenu un classique.

Image size 14 Kb Le puukko a bien conservé son statut d'outil indispensable malgré la technicisation de la vie. Il est probable que chaque Finlandais en a un ou en a eu un. Pour quelques markka on peut se procurer un puukko à n'importe quelle station-service mais pour avoir une Ĺ“uvre d'art, il faut être prêt à payer plusieurs centaines voire plusieurs milliers de markka.

Les vieux puukko ornementés sont devenus des objets de collection recherchés. Le plus vieux puukko finlandais connu porte, gravée, la date de 1749. Bien sûr, on trouve dans les musées des armes blanches encore plus vieilles qui ont été dégagées dans des fouilles mais on ne peut pas les qualifier de puukko